https://www.accessnow.org:443/la-fixation-du-tchad-sur-les-pertubations-de-reseaux-sociaux/

#ShutdownStories: comment la fixation du Tchad sur les perturbations de réseaux sociaux nuit aux citoyens

For English, click here.

Depuis le 22 juillet, le gouvernement du Tchad a bloqué l’accès à WhatsApp, et jusqu’au 18 août, les autorités ont également coupé l’accès ou ralenti Internet dans certaines parties du pays. Invoquant la nécessité d’empêcher la diffusion de messages “incitant à la haine et à la division” sur les réseaux sociaux, les autorités gouvernementales auraient pris ces mesures drastiques pour empêcher la diffusion d’une vidéo et d’images, prises le 14 juillet 2020, montrant un officier militaire tchadien ouvrant le feu sur un mécanicien qui l’a également attaqué avec un couteau lors d’une dispute. À ce jour, WhatsApp reste bloqué dans tout le pays et les gens ont recours à l’utilisation de VPN pour accéder à la plate-forme.

Pendant le COVID-19, de plus en plus de personnes dépendent d’Internet et des médias sociaux pour leur travail et leurs activités quotidiennes. Au Tchad, le blocage en cours interfère avec la capacité de rester connecté, de gagner sa vie, de se protéger et de maintenir la vie quotidienne.

Dans le cadre du projet Shutdown Stories, Access Now recueille des histoires sur l’impact des coupures d’Internet sur la vie, le travail, l’éducation, les affaires et les relations des gens. Le refrain commun dans ces témoignages est le fait que les fermetures perturbent gravement la vie et les moyens de subsistance des habitants – réaffirmant la nécessité pour tous les gouvernements de cesser d’inverser le Kill Switch et d’utiliser des mesures progressives et raisonnables pour résoudre les problèmes et les crises dans leurs pays respectifs.

WhatsApp est l’une des plateformes de médias sociaux les plus populaires au Tchad, et le blocage de la plateforme est clairement excessif et viole les droits du peuple tchadien. Pourtant, le Tchad a toujours imposé ce type de fermeture à sa population. Au fil du temps, cela a causé un préjudice important aux entreprises et à l’éducation de la population, ainsi qu’à de nombreux autres aspects de la vie. Entre 2018 et 2019, le Tchad a coupé l’accès aux plateformes de médias sociaux, notamment WhatsApp, Twitter, Facebook, Instagram et YouTube, pendant 472 jours stupéfiants. Le gouvernement a cité des «raisons de sécurité» pour tenter de justifier les perturbations.

Ci-dessous, nous partageons des histoires pour montrer comment la censure en cours a un impact négatif sur la vie des personnes que le gouvernement est censé protéger. Nous partageons également des façons dont vous pouvez parler pour eux.

Richou de N’djamena de Tchad. 18/8/2020 18:05:59 -
Moi je suis à Ndjamena et je parle plutôt d'une restriction brutale sur WhatsApp qui m'a coûté cher. Car j'utilise ce réseau pour communiquer avec mes partenaires. En essayant de contourner cette restriction avec VPN, le coût d'internet est devenu pire car il était déjà très mauvais.

Isip de Tchad. 19/8/2020 14:33:36 -
Je suis un professionnel de santé depuis 13 ans. Je ne travaillais que dans les formations sanitaires privées et humanitaires. De retour de ma dernière formation en Master santé publique, je suis en recherche d'un emploi depuis 4 mois et subitement la censure de l'Internet a augmenté ma peine car je ne peux accéder au plateformes de recrutement. Mon espoir est perdu.

Caleb Ngaba de Tchad. 8/20/2020 1:14:07 - La finalisation de mon album phonographique, le contact avec mes collaborateurs pour la majorité à l'extérieur du Tchad a été interrompu. Par dessus tout le contact avec ma famille est encore interrompue.

Moula Franklin de Tchad. 8/20/2020 5:56:58 -
Je suis un consultant indépendant; je gagne mes revenus à travers l'Internet. Cette coupure est lourdement préjudiciable tant au niveau de mes activités de cabinet que mes consultances en ligne, qui peuvent être évaluées à 3500 Euros. Aussi j'ai raté un emploi dans la sous région(Yaoundé) du simple fait que je n'ai pas pu me connecter pour passer l'entrevue à la date indiquée et que la candidature est déjà obsolète. c'est vraiment dommage.

Comment vous pouvez aider à lutter contre les fermetures au Tchad

Si vous acceptez que l’Internet et les outils de communication numériques permettent aux gens d’exercer leurs droits humains et que les coupures d’Internet facilitent les violations de ces droits, vous pouvez faire quelque chose pour y mettre un terme. Aidez-nous à amplifier l’appel de la coalition #KeepItOn au gouvernement du Tchad pour qu’il mette fin au blocage actuel de WhatsApp en prenant les mesures suivantes:

  • Partagez cet article sur les réseaux sociaux en utilisant le hashtag #KeepItOn et #InternetShutdown
  • Taguer le président du Tchad (@MIdrissDebyItno), le ministre de la Communication (@Cherif_MZ), les fournisseurs de services Internet (FAI) (@airteltchad, @tigotchad) et tout autre acteur qui a son mot à dire pour mettre fin au blocage de WhatsApp.
  • Partagez notre formulaire Shutdown Stories (anglais | français) avec votre réseau au Tchad pour nous aider à rassembler plus d’histoires pour notre travail de plaidoyer et pour aider à servir de preuve de préjudice devant les tribunaux et les forums internationaux.

Apprendre encore plus

#KeepItOn est une campagne mondiale qui rassemble plus de 220 organisations à travers le monde qui luttent pour mettre fin aux coupures d’Internet grâce à un plaidoyer au niveau local, à l’engagement direct des décideurs politiques, au soutien technique et à l’intervention juridique.

Si vous avez des questions sur les coupures d’Internet, vous pouvez obtenir des réponses en vous abonnant à notre podcast Kill Switch.

Help keep the internet open and secure

Subscribe to our action alerts and weekly newsletter
  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.

Your info is secure with us.