https://www.accessnow.org:443/keepiton-lettre-congo/
election internet shutdowns

#KeepIton: Lettre ouverte pour garder l’internet ouvert et sécurisé pendant les élections en République du Congo

Read in English.

Le 16 mars, 2021

#KeepIton: Lettre ouverte pour garder l’internet ouvert et sécurisé pendant les élections en République du Congo

Re: L’accès à internet garantira une participation et une transparence accrues des élections présidentielles en République du Congo

Son Excellence Denis Sassou Nguesso, Président de la République du Congo

CC: Léon juste Ibombo, Ministre des Télécommunications; Louis-Marc Ervely Sakala, Directeur Général de l’Agence de régulation des postes et des communications électroniques (ARPCE); Raymond Zephirin Mboulou, Ministre de l’Intérieur; Luc Missidimbazi, conseiller en poste, télécommunications et numérique auprès du Premier Ministre du Congo; Moussa AYHAM, Directeur Général de MTN Congo; Alain Kahasha Ntumwa, Airtel Congo; Yves Castanou, Directeur Général de Congo Telecom.

Votre Excellence Denis Sassou Nguesso,

Des nations à travers l’Afrique et dans le monde coupent intentionnellement internet lorsque les populations en ont le plus besoin – pendant les élections et les événements nationaux importants. Durant cette élection, nous exhortons la République du Congo à #KeepItOn.

Nous, les organisations signataires et les membres de la coalition #KeepItOn – un réseau mondial qui réunit plus de 240 organisations de 105 pays qui travaillent pour mettre fin aux coupures d’internet* dans le monde – écrivons pour vous appeler d’urgence, Monsieur le Président Denis Sassou Nguesso, à garantir que l’internet, les plateformes de médias sociaux et tous les autres canaux de communication restent ouverts, sécurisés et accessibles tout au long de la période électorale, prévue les 17 et 21 mars, en République du Congo et par la suite.

Internet et les plateformes de médias sociaux jouent un rôle essentiel dans l’amélioration de la gouvernance participative dans une société démocratique. Ils offrent un espace pour la communication, de débat public, de recherche d’informations sur les processus électoraux et les candidats, pour rendre compte et documenter les événements et les résultats, et pour tenir les gouvernements responsables de leurs actions – y compris de leurs promesses envers le peuple. Les journalistes, les défenseurs des droits humains, les observateurs électoraux, les acteurs de la société civile, les médias et d’autres parties prenantes concernées comptent sur internet pour surveiller et rendre compte des élections, ce qui facilite la transparence, l’inclusivité et l’ouverture dans le processus.

Avec un passif de coupures d’internet ordonnées par le gouvernement lors d’importants événements nationaux en République du Congo, y compris lors de la dernière élection présidentielle, la coalition #KeepItOn fait appel à vous, Monsieur le Président Sassou Nguesso, pour garantir que l’accès à internet et à toutes les plateformes de communication numérique reste ouvert et sécurisé pour le peuple congolais pendant et après les élections de 2021.

Les prochaines élections sont un moment important pour le peuple congolais pour élire leur leader pour le prochain mandat présidentiel, et il est essentiel que le gouvernement adopte des mesures pour garantir que le processus électoral soit libre et équitable. Les coupures d’internet peuvent déclencher la violence et stimuler la propagation de la désinformation, car il y a moins de canaux fiables pour la vérification des faits. C’est une raison de s’inquiéter compte tenu des affrontements survenus entre les forces gouvernementales et les milices au lendemain de la dernière élection présidentielle.

Les coupures d’internet portent atteinte aux droits humains, perturbent les services d’urgence et paralysent les économies

Les recherches montrent que les coupures d’internet et la violence vont de pair. La coupure d’internet pendant une pandémie mortelle ajouterait de l’huile sur le feu. Les coupures d’internet violent les droits humains fondamentaux tels que la liberté d’expression et d’opinion, l’accès à l’information, la liberté de la presse et la liberté de réunion pacifique. En perturbant la libre circulation de l’information, les coupures exacerbent les tensions existantes dans la société et augmentent la probabilité de manifestations, ainsi que la dissimulation de violences potentielles et de violations des droits humains perpétrées par des acteurs étatiques et non étatiques contre des personnes.

Les coupures d’internet coupent l’accès à des informations, opportunes et vitales, ainsi qu’aux services d’urgence, plongeant des communautés entières dans la peur et la confusion.

Les coupures d’internet contreviennent aux lois et normes internationales relatives aux droits humains

La République du Congo a ratifié des cadres régionaux et internationaux tels que le Pacte international juridiquement contraignant relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, qui prévoient la protection et la promotion des droits à la liberté d’opinion et d’expression, assemblage et accès à l’information, à la fois hors ligne et en ligne.

La résolution de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) de 2016 reconnaît «l’importance de l’internet dans la promotion des droits de l’homme et des peuples en Afrique, en particulier le droit à la liberté d’information et d’expression». La CADHP / Res. 362 (LIX) 2016 condamne également la «pratique émergente des États parties interrompant ou limitant l’accès aux services de télécommunication tels qu’internet, les médias sociaux et les services de messagerie». Les recherches indiquent qu’il n’y a aucune preuve que les arrêts d’internet sont efficaces pour atteindre un objectif légitime; le cas échéant, en essayant d’atteindre leurs fins, le gouvernement bloquera souvent ses propres canaux d’information. En outre, les experts des Nations Unies et les hauts fonctionnaires – y compris le Secrétaire général des Nations Unies – affirment formellement que les coupures générales d’internet et le blocage et le filtrage génériques des services sont considérés par les mécanismes des droits de l’homme des Nations Unies comme n’étant jamais justifiés au regard du droit international des droits de l’homme.

 Les entreprises de télécommunications doivent respecter les droits de l’homme

Les entreprises de télécommunications et les entreprises ont la responsabilité, en vertu des Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme et des Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales, de respecter les droits de l’homme, de prévenir ou d’atténuer les préjudices potentiels et de remédier aux préjudices qu’elles causent ou auxquels elles contribuent. Dans le cas d’entreprises comme Congo Telecom Limited avec des investissements publics, «les États devraient prendre des mesures supplémentaires pour se protéger contre les violations des droits de l’homme commises par des entreprises détenues ou contrôlées par l’État».

En outre, les fournisseurs de services de télécommunications opérant au Congo, y compris MTN Congo et Airtel Congo, ont la responsabilité de respecter et de faire respecter les droits de l’homme en fournissant un accès de qualité, ouvert et sécurisé à internet et aux outils de communication numérique tout au long des élections et au-delà. Les coupures d’internet – que ce soit au Congo ou dans d’autres pays – ne doivent jamais être autorisées à devenir la nouvelle norme, et nous encourageons les entreprises congolaises à intégrer ces pratiques pour répondre aux demandes de censure et de perturbation du réseau sur tous les marchés où vous opérez.

En tant que des organisations qui croient au pouvoir d’internet comme un catalyseur de tous les autres droits de l’homme, nous sommes convaincus que l’accès à internet, aux médias sociaux et aux plateformes d’argent mobile pendant les élections au Congo a le potentiel de favoriser la transparence autour des élections et garantir la participation active des citoyens et des autres parties prenantes.

Nous vous demandons respectueusement d’utiliser les fonctions importantes qui sont les vôtres pour:

  • Assurer publiquement au peuple de la République du Congo que l’internet, y compris les réseaux sociaux et autres plates-formes de communication numérique, resteront ouverts, accessibles, inclusifs et sécurisés à travers le Congo tout au long de l’élection et par la suite;
  • Ordonner aux fournisseurs de services internet opérant dans le pays de fournir à tous un accès internet de haute qualité, sécurisé et illimité pendant toute la période électorale et par la suite; et
  • Ordonner aux fournisseurs de services internet opérant dans le pays d’informer les internautes de toute perturbation potentielle et de prendre toutes les mesures raisonnables pour corriger toute perturbation identifiée susceptible d’avoir un impact sur la qualité du service qu’ils reçoivent

Veuillez nous faire savoir de quelle manière nous pouvons contribuer à garantir la même chose.

Sincèrement,

Access Now
ADISI-Cameroun
Advocacy Initiative for Development (AID)
African Declaration on Internet Rights and Freedoms Coalition (AfDec)
AfricanDefenders
African Freedom of Expression Exchange (AFEX)
Africa Open Data and Internet Research Foundation (AODIRF)
AfricTivistes
Afrotribune
Alliance républicaine pour le développement
Association for Media Development in South Sudan (AMDISS)
Bareedo Platform Somalia
Bloggers of Zambia
Center for Advancement of Rights and Democracy (CARD)
Centre for Media Studies and Peacebuilding (CEMESP)
Collaboration on International ICT Policy in East and Southern Africa (CIPESA)
Committee to Protect Journalists (CPJ)
DefendDefenders
Digital Rights Coalition Malawi
Digital Woman Uganda
Electronic Frontier Foundation (EFF)
Freedom House
Friends of Angola (FoA)
Front Line Defenders
Incarner l’Espoir
Internet Sans Frontières
International Press Centre (IPC)
Kijiji Yeetu
Gambia Press Union (GPU)
Liberia Information Technology Student Union
Last Mile4D
Media Foundation for West Africa (MFWA)
Media Institute of Southern Africa Zimbabwe (MISA Zimbabwe)
OpenNet Africa
Open Net Association (Korea)
Paradigm Initiative
PEN America
Organization of the Justice Campaign
RAS-LE-BOL (Citizen movement Congo-Brazzaville)
Right 2 Know campaign
Reporters Without Borders (RSF)
Sassoufit collective
Securing Organizations through Automated Policymaking (SOAP)
SMEX
Ubunteam
Unwanted Witness Uganda
Wikimedia Community User Group  Uganda
Wikimédia France
Women ICT Advocacy Group (WIAG)
Women of Uganda Network (WOUGNET)
Zaina Foundation


*An internet shutdown is defined as an intentional disruption of internet or electronic communications, rendering them inaccessible or effectively unusable, for a specific population or within a location, often to exert control over the flow of information. See more at: https://www.accessnow.org/keepiton.

Help keep the internet open and secure

Subscribe to our action alerts and weekly newsletter
  • Hidden
  • Hidden
  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.

Your info is secure with us.